Mont Aiguille automnal

Ce dimanche 18 Octobre, nous avons gravi le Mont Aiguille dans des conditions techniques mais superbes.

 

Partis sous une chape de nuages, nous avons pu la traverser pendant l’ascension. Le contraste est saisissant. Les pieds dans la neige, une vue sur la foret parée de ses couleurs d’automne, le ciel d’Octobre…magnifique!

Difficile cependant de trop regarder, car la neige rend le rocher glissant, une bonne dose de concentration est nécessaire.

Du sommet, on embrasse du regard le massif des Écrins jusqu’au Mont Ventoux.

Bravo a tous, ce n’était pas un Mont Aiguille facile!

Nicolas

Raid a ski en Clarée

Du 25 au 27 Février, nous avons accompli un raid a ski dans la vallée de la Clarée.

Avec Thomas, Jonathan et Arthur, nous sommes partis de Névache les skis au pied. Une première montée raide nous amène au refuge de Buffere, havre de paix et accueil fort sympathique. Nous profitons du beau temps pour skier le sommet de l’Echaillon, au dessus du refuge. Un exercice de recherche de victime d’avalanche vient clore la journée.

Le lendemain, c’est la tempête. Nous disposons de le visibilité adéquate pour effectuer la traversée au refuge du Chardonnet, par la crête de Baude. Il est possible de réaliser cet itinéraire en évitant les pentes potentiellement dangereuses. C’est enfin l’hiver, de la poudreuse de partout sous un fort vent. Nuit au refuge du Chardonnet, tout aussi joli que son voisin.

Dernier jour, nous finissons par un grand tour via le col de Roche Noire, qui se terminera dans la tempête, et surtout dans une incroyable descente pleine poudre dans les mélèzes…merci a eux!

Nicolas

Sortie ski de randonnée au Goleon

Le Week-end du 8 Février, avec Antoine, Matthias et Louis, nous sommes allés pousser nos spatules autour du refuge du Goleon.

Pour nous mettre en jambe, nous sommes montés au Signal de la Grave, cela nous a permis de bien apprendre la conversion, qui permet de changer de direction dans une pente avec les skis. La descente du Signal en face de la Meije est entres bonne poudre tassée.

Après avoir atteint le Cruq des Aiguilles, une superbe descente en poudreuse nous amène sur le refuge du Goleon, tenu par Myrtille.

L’accueil est top, la nourriture excellente. Le refuge est complet avec un vingtaine de personnes, autour d’un feu l’ambiance est chaleureuse.

 

Le lendemain, nous partons seuls au monde jusqu’au fond du cirque, sur le glacier du Goleon. Nous nous arrêtons au pied de l’arête a 3200m, qui nous parait bien sèche et rébarbative. S’ensuit une descente fabuleuse: pas une trace, de la belle poudre.

Après une pause au refuge, la descente par le verrou en dessous nous offre une belle neige de printemps sur fond de villages d’alpages. Petite marche de 5mn pour revenir aux voitures.

Nicolas

Initiation ski de randonnée aux Rochers Motas

Grand Beau, une neige revenue à point, un groupe motivé et une très bonne ambiance…. quoi de mieux pour une sortie collective initiation ski de randonnée avec le BGAG!

C’était ce dimanche 12 Janvier 2020 avec Élise, Mariam, Bruno, Marc et Patrick

Rochers Motas
Petit travail de conversions
Bruno en termine sur fond de Grandes Rousses

Randonnée pour tous !

Universelle et accessible à tous, la marche en montagne reste le plus beaux moyen de découvrir ce milieu tantôt foisonnant de vie où identifier les espèces vivantes est un casse-tête, tantôt quasi minéral où il faudra savoir « être à l’écoute », trouver la petite plante qui a su s’adapter pour survivre dans un environnement hostile.

Nos accompagnateurs en montagne vous ferons découvrir les finesses de ce monde dont la beauté ne se limite pas aux paysages…

Vercors Rocher Baconnet

Goulotte cet automne ?

Les massifs autour de Grenoble permettent de pratiquer la goulotte et l’alpinisme hivernal dés les premières neige (octobre et novembre)

A cette époque, les couleurs de l’automne ajouté à une montagne peu fréquenté donnes à ces journées une ambiance toute particulière.

dans la cheminer en 3ème longueur de « jours de printemps »

Fabien Passaro

Sensations fortes au sommet des 3 Pucelles

Sensations fortes au sommet des trois pucelles avec les jeunes de la ville de Grenoble. Après un rappel, de l’escalade et une pause casse croute au sommet il faut encore traversée à fameuse tyrolienne!

Pour plus d’infos suivez nous sur instagram: guidesgrenoble

Davai à Mamay (Ski en Sibérie)

-34! C’est la température annoncée lors de notre arrivée à Irkutsk. En débarquant de nuit dans cette ville marquée par l’URSS, nous sommes frappés par la rudesse du climat et des chauffeurs de taxi. L’atmosphère glaciale, nous gèle les pieds et nous colle les poils du nez. Sans parler de la sensation d’étouffement provoquée par la condensation de l’air froid au contact de nos poumons. Même les habitations en bois traditionnelles semblent être en hypothermie au regard des cascades se formant sur leurs façades colorées.
De plus, la moitié du matériel s’est perdue en vol et personne n’est en mesure de nous donner des informations.
Malgré une équipe robuste, le doute s’installe… va-t-on pouvoir skier dans ces conditions ?
Face à toutes ces incertitudes, nous décidons d’adopter une stratégie qui a fait ses preuves : Sortir et aller boire des coups! Nous découvrons alors que les bars de la rue Karl Marx, à l’instar de ses habitants, sont aussi chauds à l’intérieur que froids à l’extérieur. Nous passons la soirée mémorable dans un bar surchauffé, entourés de Russes dansant sur les tables!
Au petit matin tout s’arrange, (comme quoi cette technique fonctionne!) tous les baggages sont arrivés à l’aéroport, tous…. Nooon! Il manque une paire de chaussures de ski, qui d’après les autorités locales s’est volatilisée. Heureusement après 15 allers/retours à l’aéroport, 12 arnaques par des chauffeurs de taxis antipathiques, 8 erreurs de sorties de bus, 3 heures à marcher sur des trottoirs enneigés et 5 magasins de sports différents nous dénichons la Perle rare: Trial-sport (adresse dans les trucs et astuces)
Comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, nous apprenons dans la foulée que des températures aussi basses sont rares (quelques jours par an) et que le climat à proximité du Lac Baïkal est plus clément. Ragaillardis, nous prenons alors le bus destination Mamay!

Période:

Mamay offre un enneigement exceptionnel du fait de sa proximité avec le lac Baïkal. La plus grande réserve d’eau douce au monde (600km de long pour 1700m de profondeur) agit telle une mer intérieure, tempérant et arrosant ses berges. Ainsi tant que sa surface ne gèle pas, l’eau des profondeurs relativement chaude remonte, s’évapore et se marie au froid Sibérien. De leur alliance naît la poudreuse de Mamay! En revanche, une fois la surface solidifiée, la région n’est plus tempérée, les épisodes neigeux se raréfient et le froid intense rendent la vallée moins propice à la pratique du ski.
Ainsi la saison de ski de poudreuse dans cette région du monde débute en novembre et se termine en janvier une fois le lac gelé!


(Photo Pierre Alexandre Labory)

Logement:

Mamay est une sorte de village constitué d’une vingtaine de cabanes éparpillées dans la forêt. Le confort varie d’une construction à l’autre et par chance nous avons tiré le bon numéro.
Notre camp de base était confortable… tant qu’un bon feu crépitait dans le poêle. Nous disposions d’une pièce de vie avec un espace pour faire sécher le matériel, d’une cuisine avec eau courante, d’un wc qui gèle la nuit et pas de douche!
Pour se laver, les locaux ont eu une meilleure idée : les « Bagna » (une sorte de sauna). Situé à coté de la rivière afin de pouvoir alterner entre une eau à 0°C et un air sec à 90°C. Le choc thermique est garanti, l’angine probable!
(Photo Pierre Alexandre Labory)

Les Locaux :

Globalement les locaux semblent avoir deux passions : la glisse et la vodka
Cette joyeuse communauté, vadrouille d’une cabane à l’autre, échangeant des infos sur les conditions de neige, racontant des choses en russe comme si on allait comprendre et buvant des shots quand l’occasion se présente!

Si vous êtes chanceux et que vous tombez sur les bonnes personnes, vous aurez le droit à la fameuse « Russian face »:
???? = Russe au repos
???? = Russe intrigué
???? = Russe pas d’accord
???? = Russe trop content
???? = Russe mort de rire!

Le voyage:

Malgré la distance, il est relativement simple de se rendre au fin fond de la Sibérie ! Le périple se fait en 3 étapes :
– Quelques heures d’avion jusqu’à Irkoutsk. 
– 5 h de voiture jusqu’au Lac Baïkal
– 1h de marche jusqu’à la Cabane de Mamay (les bagages sont transportés par moto neige, donc on peut prendre tout le confort nécessaire !)

 

Le Ski:

De Mamay on part ski aux pieds pour les principales randonnées de la vallée. Les montagnes environnantes offrent un terrain de jeu varié alternant entre couloirs en forêt et pentes plus ouvertes en altitude. Les dénivelés restants contenus entre 500m et 1000m, il est donc possible de faire un, deux, voir trois runs dans la journée. Ainsi il y en aura pour toutes les spatules!  Cette modularité fait la force de Mamay: il est possible de skier uniquement le matin, toute la journée en faisant une bonne pose à midi, ou encore ne skier que le soir si l’on veux faire la grasse matinée et voir le coucher de soleil depuis le sommet des montagnes! Peu importe l’heure, la neige est bonne, c’est très certainement un autre point positif de cette region. En effet après 10 jours sur place et quasiment que du beau temps, la neige est restée poudreuse… même en face Sud! Comment un tel miracle est-il possible? Une explication simple: le froid.
La temperature monte rarement au dessus de -10°C et descend aisément sous les -20°C durant la nuit. Associé au beau temps, la neige sur les versants ensoleillés se met à « fumer », on assiste alors au phénomène de sublimation, la neige passant directement de l’état solide à l’état gazeux. Le soleil n’humidifie pas le manteau neigeux, il le sèche!


(Photo Pierre Alexandre Labory)

Trucs et astuces :

– Télécharger la langue russe sur votre téléphone avant de partir, ça nous a été d’un grand secours
– Prévoir au moins 24 h de séjour à Irkoutsk pour laisser le temps aux bagages d’arriver (la plupart des groupes que nous avons croisés ont eu des problèmes avec le matériel)
– Il existe un magasin à Irkoutsk qui vend du bon matos de randonnée à ski:

Trial-Sport
Sovetskaya St, 176а, Irkutsk, Irkutskaya oblast’, Russie, 664009
+7 395 22 00 656
 

Perfectionnement ski de randonnée dans Belledonne

Benoît à pour objectif de faire l’ascension du grand Combin  en ski ce printemps, il est donc motivé pour faire du dénivelé et parfaire sa technique de ski en pente raide !

Nous voici donc partie ce samedi 23 mars du coté du lac de Crop. Notre objectif est de monter avec les crampons dans le couloir nord de la brèche nord du Ferrouillet afin de se rendre compte de la qualité de la neige et de le skier si les conditions sont réunis.

La première partie pour monter au lac de Croc nous donne l’occasion d’optimiser la technique de conversion et la mise en place des couteaux en milieu scabreux 😉

Benoit devant le Rocher de l’Homme

Nous traversons ensuite vers le couloir nord et les conditions s’annoncent bonne, la neige est restée bien froide au nord malgré les conditions printanières ces derniers jours.

Traversé ver le couloir Nord du ferrouillet
la corde n’est pas de trop pour sortir à la Brèche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Benoît fait ces premier virage dans du 45° AVEC LA CORDE EN SÉCURITÉ

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fabien Passaro

 

 

 

 

 

 

Goulotte « Escombaille »

La goulotte « Escombaile » sur la pointe du même nom se situe non loin du sommet des Vent (itinéraire de ski de randonnée bien connu des grenoblois)

C’est une parfaite initiation à l’alpinisme hivernal !

En cet fin février, la neige a commencé à ce transformer et nous avons même trouver quelques parties englacées !

3ème longeur d’Escombaille

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fabien Passaro